Le CBD peut-il aider pour les problèmes intestinaux ?

Le CBD peut-il aider pour les problèmes intestinaux ?

 

Le CBD a longtemps été mentionné comme efficace dans divers secteurs d’activité. Notamment l’alimentaire, la cosmétique et la santé. S’agissant de ce dernier, des études ont rapporté qu’il serait utile pour le stress, l’anxiété et la douleur. Hormis ces points-là, le CBD pourrait-il aider pour les problèmes intestinaux ? C’est ce que nous tentons de découvrir dans cet article !

Le Dr Aimée Gould Shunney se prononce !

En effet, le Dr Aimée Gould Shunney est médecin naturopathe. De fait, lors d’une interview, celle-ci a donné son avis sur la possibilité que le CBD puisse aider pour les problèmes intestinaux. À ce sujet, elle commence par reconnaitre le potentiel de la molécule, comme l’ont fait nombreux de ses prédécesseurs. Allant dans ce sens, elle soutient que :

« Le CBD est un modulateur immunitaire et un puissant agent anti-inflammatoire. En outre, il aide à équilibrer le système ECS (système endo-cannabinoïde) et, par conséquent, a un potentiel énorme pour avoir un impact positif sur une variété de troubles digestifs. »

À bien lire les propos du docteur qui précèdent, l’on dirait que le Cannabidiol pourrait aider pour les problèmes intestinaux. Notamment ceux qui intègrent une inflammation, contre laquelle répondrait la propriété anti-inflammatoire énoncée en amont.

Elle ne s’arrête pas en si bon chemin ! De fait, elle soutient qu’il existe un lien étroit entre stress, anxiété et le système digestif. À sujet, Aimée affirme :

« Le stress exacerbe notre intestin et la gestion du stress est cruciale pour garder les symptômes à distance. Il a été démontré que le CBD favorise la résilience au stress et diminue l'anxiété, ajoutant à son rôle puissant dans la fonction intestinale. »

Ces propos sont clairs de bout en bout ! Le CBD s’occupe du stress et de l’anxiété. Ce qui, par ricochet, aiderait à réduire, diminuer ou calmer les symptômes liés aux problèmes intestinaux.

Une recherche effectuée aux États-Unis en 2017 confirme les dires du Dr Aimée Gould Shunney

En effet, le Dr Aimée semble ne pas être la seule à penser que le CBD pourrait aider pour les problèmes intestinaux. Pourquoi ? Parce qu’une recherche de 2017 de la National Library of Medicine des États-Unis va dans le même sens qu’elle.

De fait, cette recherche part du postulat selon lequel les cannabinoïdes aident pour traiter les maladies inflammatoires de l’intestin. C’est du moins ce que laisse comprendre leur introduction. Lisons donc.

« Cinquante ans après la découverte du Δ 9 -tétrahydrocannabinol (THC) comme composant psychoactif du cannabis, nous évaluons la possibilité de traduire cette plante en traitement clinique des maladies inflammatoires de l'intestin (MICI). Ici, une discussion sur les problèmes associés à un traitement potentiel est donnée. À partir de premières enquêtes et de petites études cliniques chez des patients atteints de MII, nous avons appris que le cannabis est fréquemment utilisé pour soulager la diarrhée, les douleurs abdominales et la perte d'appétit. Des ingrédients uniques du cannabis, tels que le THC et le cannabidiol, couramment décrits comme des cannabinoïdes, sont responsables de ces effets. Les agonistes des récepteurs synthétiques des cannabinoïdes sont également appelés cannabinoïdes, dont certains, comme le dronabinol et le nabilone, sont déjà disponibles avec une prescription de stupéfiants. »

En clair, à la suite de l’aspect inflammatoire évoqué par le Dr Aimée, il conviendrait d’ajouter que le CBD agirait également sur la douleur rattachée à certains problèmes intestinaux.

Le CBD aiderait pour le Syndrome du Côlon Irritable (SCI)

À la suite du Dr Aimée et des chercheurs aux USA, le neurologue et chercheur médical, le Dr Ethan Russo se prononce également sur le possible apport des cannabinoïdes pour les problèmes intestinaux. À ce sujet, il se focalise sur le Syndrome du Côlon Irritable (SCI). En effet, pour mieux saisir sa pensée, organisons-là en trois grands axes.

D’abord, il pense que le SCI serait causé par un manque d'endocannabinoïdes dans l’organisme. En effet, le corps est supposé produire des composants similaires au THC et au CBD, par exemple, naturellement. Le fait que cette production ne soit pas effective, constitue, selon lui, un facteur favorable au SCI. Il s’exprime d’ailleurs en ces termes.

« Si vous n’avez pas assez d’endocannabinoïdes, vous avez de la douleur là où il ne devrait pas y avoir de douleur. Vous serez malade, ce qui signifie nauséeux. Vous auriez un seuil de saisie abaissé. Et toute une série d’autres problèmes. Il m’est apparu qu’un certain nombre de maladies très communes semblent correspondre à un modèle qui serait compatible avec une déficience en endocannabinoïdes, spécialement ceux de la migraine, du syndrome du côlon irritable et de la fibromyalgie »

Donc, si nous suivons sa logique, en fournissant des cannabinoïdes (CBD et Cie), le SCI serait contrôlé. Pour ceux qui n’en souffrent pas, ce serait un moyen efficace de le prévenir. Bien que tout cela demeure une hypothèse nécessitant des recherches poussées.

Ensuite, les cannabinoïdes seraient un traitement alternatif efficace et présentant le moins de risques pour les patients. En effet, les médicaments utilisés pour le SCI et visant la sérotonine traiteraient la maladie à 15%. Mais, auraient des conséquences graves sur les patients, dans les essais cliniques. Allant dans ce sens, le Dr Russo penche pour le recours aux cannabinoïdes. Il le dit en ces termes.

« L’analyse rationnelle suggère que les endocannabinoïdes pourraient bien être la cible neuromodulatrice thérapeutique la plus probable, et que le traitement aux phytocannabinoïdes pourrait représenter une approche thérapeutique plus efficace et plus sûre. »

En clair, selon lui, les cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis seraient plus efficaces et plus sûrs pour le SCI que les traitements classiques.

Enfin, le dernier axe que nous pouvons aborder ici est celui des symptômes liés au SCI. De fait, ils sont nombreux et peuvent varier d’une personne à une autre. Néanmoins, les cannabinoïdes, le CBD en l’occurrence, pourraient aider à soulager certains. Notamment :

  1. La diarrhée : le cannabis réduirait l'hypermotilité. Entendez par là le déplacement trop rapide de la nourriture dans le tractus gastro-intestinal.
  2. La douleur abdominale : le cannabis réduirait la sensibilité à le douleur interne. À ce sujet, une étude de 2004 s'y intéresse. C’est également ce que fait cette recherche de 2008.
  3. La dépression : le CBD commencerait à soulager les comportements antisociaux et réduirait l’anxiété en quelques minutes. À ce sujet, une étude sur des rongeurs a été publiée en 2016.

Laissez un commentaire