Le chanvre : histoire, diabolisation et situation actuelle

Le chanvre : histoire, diabolisation et situation actuelle

 

Parler de chanvre est plutôt complexe ! Non pas du fait de la plante en elle-même. Plutôt parce qu'il existe un nombre très élevé de chose à dire sur ce sujet. Dans cet ordre d’idées, nous avons choisi les grands axes qui vous permettront de vous faire une idée claire et juste de cette plante. Découvrons tout cela en détail dans la suite.

I - L'histoire du chanvre : France, Europe et reste du monde

Dans cette première partie, faisons la petite histoire du chanvre. Sous cet angle, il serait intéressant de partir d’un contexte particulier (la France), pour une perspective générale (le monde).

1 – L'histoire du chanvre en France

En effet, que pouvons-nous dire de l’histoire du chanvre en France ?

Tout d’abord, il est à noter, d’entrée de jeu, que les premières apparitions du chanvre remontent au Vème siècle avant Jésus Christ, dans la région de Gaule. À ce sujet, ladite Gaule se trouve en Europe de l’Ouest et était peuplée de : Celtes, Belges, Aquitains, Ligures et Ibères. Sous cet angle, dans la géographie actuelle, ces peuples correspondent à la France, au Luxembourg, à la Belgique, à une partie de la Suisse, au nord de l’Italie, ainsi qu’à certaines régions des Pays-Bas et à l’Allemagne. Néanmoins, les ressources ne précisent pas si le chanvre se trouvant sur le territoire français, en cette période, y était cultivé ou provenait d’un autre pays.

Ensuite, les sources écrites faisant état de la situation du chanvre en France jusqu’au XVIIème siècle sont rares. Toutefois, nous savons tout de même qu’à l’époque de Charlemagne, cette plante est grandement utilisée. Comment ? D’une part, pour les voilages et les cordages des navires, étant donné l’ampleur des échanges commerciaux en ces temps. D’ailleurs, à ce sujet, il se dit que Charlemagne aurait encouragé sa culture. D’autre part, pour la confection du papier. Ce qui permet de passer les savoirs (religion, philosophie et sciences) de cette époque-là, à la postérité. Plus tard, la France étant en proie à des guerres maritimes, avec l’Angleterre, l’Espagne se sert du chanvre pour ne pas entraver la puissance du pays.

La production sur le sol français chute durant la deuxième partie du XIXème siècle. Pourquoi ? Parce que l’arrivée de la machine à vapeur, la production de coton en Amérique et l’industrialisation du tissage changent le cours des choses. À l’observation de ce déclin, une prime pour booster les chanvriers et mise sur pied. Malheureusement, celle-ci ne produit pas les fruits escomptés. La situation risque d’ailleurs d’empirer, avec l’interdiction de la culture aux USA, après la deuxième guerre mondiale.

Enfin, malgré le déclin énoncé ci-dessus, un retour timide du chanvre industriel s’observe. De fait, les autorités prennent progressivement la mesure des enjeux environnementaux, économiques et médicaux de la plante. Ce qui va entraîner un processus de régulation qui, jusqu’à nos jours, connait ses hauts et ses bas. Mais, qui aura permis l’émergence d’une vaste industrie autour du chanvre.

2 – L'histoire du chanvre en Europe

En effet, l’histoire du chanvre en Europe est très vaste. Ceci étant dit, afin de ne point vous perdre dans ce labyrinthe des dates, nous nous focalisons sur les périodes cruciales qui marquent l’évolution de cette plante.

Comme nous l’avons mentionné dans la sous-partie précédente, le chanvre fait ses premiers pas en Europe dans la région de Gaule. Les pays y afférents dans la géographie actuelle ont été cités. Également, nous avons précisé que la plante était principalement utilisée pour les voilages, les cordages des navires et la fabrication du papier. Ce retour ainsi fait, faisons le point sur l’histoire du chanvre en Europe, d’une période à une autre.

-> La période néolithique

En effet, le fait majeur dans cette période serait en rapport avec les Yamnaya. Il s’agit d’un peuple vivant dans le centre de l'Eurasie et considéré comme l'une des trois tribus principales ayant fondé la civilisation européenne. De fait, durant leurs déplacements relatifs au commerce, ils auraient répandu l’usage du chanvre dans toute l'Eurasie. Ce qui aurait favorisé des changements sociaux et techniques caractérisant l'aube de l'âge du bronze. Dans cet ordre d’idées, Barney Warf (Université du Kansas à Lawrence) pense que des Scythes ont succédé aux Yamnaya et utilisaient régulièrement du cannabis (à distinguer du chanvre !) comme une drogue.

-> Dans l’antiquité

Durant cette période, plusieurs faits marquent l’histoire du chanvre.

D’abord, la plante fait ses premiers pas dans les livres. Des auteurs y trouvent de l’intérêt. À ce sujet, le médecin botaniste grec Dioscorides dans De Materia Medica (Ier siècle), décrit le Cannabis comme suit.

« Le cannabis est une plante de grande utilité qui permet de tresser des cordes très solides... Mangé en grande quantité, il empêche de concevoir des enfants. Le jus de la plante verte est bon contre le mal d'oreille... » — (MM 3-165)

Dans l’empire romain, la trace du chanvre se trouve dans plusieurs écrits. Notamment celui de Pline L’Ancien. Ce dernier consacre un paragraphe dans son Histoire naturelle (livre XIX traitant de la culture du lin et de l'horticulture) à cette plante.

« Certains mangent les graines frites avec des sucreries. J’appelle sucrerie les nourritures servies au dessert pour inciter à boire. Les graines apportent une sensation de chaleur et si consommées en grandes quantités, affectent la tête en lui envoyant des vapeurs chaudes et toxiques ».

Ensuite, de nouveaux usages du chanvre apparaissent. Notamment avec les Scythes mentionnés plus haut. En effet, ceux-ci organisaient des bains de vapeur à partir de fleurs de chanvre brulées dans un vase contenant des pierres rougies. Dans la même lancée, un archéologue, le Pr. Ivanovitch Roudenko, confirme l’utilisation des graines de chanvre carbonisées, ainsi que des vêtements de chanvre et des encensoirs métalliques, par ces Scythes. Sur l'éventualité d'un usage aromatique et herboristique du chanvre par les peuples germaniques, la plus ancienne pipe du monde est découverte à Bad Abbach (Bavière), dans un tombeau datant de l'âge de bronze. L'usage textile du chanvre à l'époque biblique chez les Hébreux est documenté. Cependant, un débat demeure ouvert quant à la citation explicite ou implicite du chanvre dans la Bible hébraïque.

Le livre de l'Exode, en 30 :22-31, décrit la confection de l'huile sacerdotal à partir d'huile d'olive, de cinq cents sicles de myrrhe, deux cent cinquante sicles, de cinnamone aromatique et deux cent cinquante sicles de canne aromatique.

Pour nombre de linguistes, ce dernier ingrédient (קַנַּבּוֹס (qannabbôs) en hébreu) doit être traduit en « Cannabis ». Sula Benett de l'Institut des Sciences Anthropologiques de Varsovie, Raphael Mechoulam et ses collaborateurs à l'Université hébraïque de Jérusalem rejoignent ce point de vue.

S’agissant de l’usage médical, à Beit Shemesh, entre Jérusalem et Tel-Aviv, une équipe d'archéologues découvre, en 1993, un tombeau contenant le squelette d'une jeune fille de 14 ans environ. Sous cet angle, la zone pelvienne contenait le squelette d'un fœtus à terme, de taille trop importante pour une délivrance par les voies naturelles. Un résidu carbonisé trouvé sur l'abdomen de la jeune fille révèle à l'analyse spectrographique contenir du delta-6-tétrahydrocannabinol (composant stable du cannabis). Les auteurs de la découverte supposent donc que ces cendres proviennent de la combustion de cannabis dans un récipient, administré à la jeune fille comme inhalant pour faciliter l'accouchement.

-> Dans le Moyen-Âge

En effet, le principal fait marquant ici est que l’empereur Charlemagne encourage la culture du chanvre. Soutenant que c’est une denrée stratégique, gage de prospérité, en raison des nombreuses utilisations permises par sa fibre : vêtements, cordages, voiles.

-> Dans les temps modernes

Durant les temps modernes, le chanvre occupe une place de choix en Europe. En effet, les puissances européennes se disputent la suprématie navale et le contrôle des points de passage stratégiques, alors que les échanges maritimes intercontinentaux sont en plein essor. Dans cet ordre d’idées, le chanvre sert à la fabrication des cordages, câbles, échelles, haubans et voiles. À ce sujet, Serge Allegret, professeur agrégé d'histoire, précise.

« Un navire de taille moyenne utilise 60 à 80 tonnes de chanvre sous forme de cordages et 6 à 8 tonnes sous forme de voile, par an. »

3 – L'histoire du chanvre dans le reste du monde

De fait, cette sous-partie est tout aussi marquante que la précédente. Par conséquent, nous procédons à la sélection des faits marquants dans le reste du monde.

-> En Afrique

En effet, l’Egypte se démarque des autres pays dans l’ histoire du chanvre. Pourquoi ? Parce qu’on y retrouve des traces écrites de son utilisation médicale. À ce sujet, le papyrus Ebers (rédigé 1500 ans av. J.-C.) mentionne l'utilisation d'huile de chènevis pour soigner les inflammations vaginales (formule no 821, p. 96, lignes 7-8).

Plus tard, à l’époque contemporaine, un Égyptien en état d'ivresse cannabique aurait tenté d’assassiner Bonaparte, au cours de la Campagne d’Égypte (une expédition militaire). Conséquence, celui-ci édicte un décret interdisant, dans toute l'Égypte, l'usage du hachisch, le 8 octobre 1800.

-> En Asie

Ici, la Chine et l’Inde occupent une place importante dans l’histoire du chanvre. En effet, ces deux pays ont expérimenté les premières apparitions de cette plante dans ce continent. Il en est de même pour l’expérimentation des différents usages énoncés plus haut. Sous cet angle, le cannabis, une forme à distinguer du chanvre, apparaît dans le plus ancien traité de matière médicale (Shennong bencao jing). À ce sujet, il est classé dans les drogues de catégorie supérieure destinées à prolonger la vie ("alléger le corps" comme celui d'un Immortel chevauchant les nuages).

-> En Amérique

De fait, très peu de pays du continent américain apparaissent dans les ressources écrites qui retracent l’histoire du chanvre. Ce qui, en aucun cas ne saurait signifier que des faits marquants ne s’y soient point produits. L’absence de ressources écrites fiables, n’exclue guère la présence de faits avérés. Toutefois, certains détails retiennent notre attention. D’une part, cette plante aurait été présente aux Amériques avant la colonisation. À ce sujet, Jacques Cartier rapporte en avoir vu, dans son journal de voyage. De même, Bill Fitzgerald, archéologue, aurait découvert, à Moriston en Ontario, des pipes vieilles de 500 ans, contenant des traces de résines de cannabis.

Par ailleurs, George Washington, premier président des États-Unis d'Amérique, en aurait cultivé sur sa plantation, comme en témoigne son journal. En 1794, il instruit ses hommes comme suit.

« Prenez le plus possible de graines de chanvre indien et semez-en partout. » (Make the most of the Indian hemp seed and sow it everywhere) [Note to the gardener at Mount Vernon, 1794, The writings of George Washington, Greenwood Press (1970)]

Le Canada, quant à lui, prend, en 1801, plusieurs mesures pour favoriser le développement de cette industrie : subventions, incitations fiscales, distribution de graines aux fermiers.

II - Focus sur la diabolisation du chanvre

La diabolisation : qu’est-ce que c’est ? Avant de faire un focus sur le chanvre, il est important de spécifier la signification de ce terme, dans ce contexte précis. En effet, par diabolisation, nous désignons l’action de diaboliser. Dit autrement, “faire passer pour diabolique, nocif et destructeur”. La signification ainsi établie, pourquoi dire que le chanvre est ou a été diabolisé ?

De fait, les cas de figure présentant clairement la diabolisation du chanvre sont légion. À ce sujet, en guise d’illustration, prenons quelques-uns.

-> Dans la Renaissance

La bulle papale Summis Desiderantis Affectibus, en 1484, donne le chanvre pour un sacrement du sabbat de Satan. Cette décision va contribuer à marginaliser un savoir populaire ancestral en matière de plantes médicinales.

-> Diderot et Alembert dans leur Encyclopédie

Ils disent :

« Le Chanvre est cultivé, comme plante textile, dans un grand nombre de pays. Toutes ses parties exhalent une odeur forte, extrêmement désagréable, et les émanations qui se dégagent des chènevières causent des vertiges, des éblouissements, en un mot une sorte d'ivresse. [...] Enfin, les feuilles de la var. indica servent, en Orient, à la préparation du hachich. ».

-> Pline L’Ancien, dans son Histoire naturelle (livre XIX traitant de la culture du lin et de l'horticulture)

« Certains mangent les graines frites avec des sucreries. J’appelle sucrerie les nourritures servies au dessert pour inciter à boire. Les graines apportent une sensation de chaleur et si consommées en grandes quantités, affectent la tête en lui envoyant des vapeurs chaudes et toxiques ».

À cela, il faut ajouter, les interdictions de culture, possession et consommation observées dans divers pays. En clair, le chanvre, pour certains, est la bête à abattre.

Comment expliquer cette diabolisation du chanvre ? En effet, les raisons sont nombreuses et peuvent varier d’une personne / région à une autre. Mais, elles ont un élément en commun : l’information. En effet, dans la conscience commune, chanvre et cannabis désigne une seule et même chose. D’ailleurs, vous aurez certainement constaté cet amalgame dans l’histoire, ci-dessus.

C’est de là que tout vient. Sauf qu’il est nécessaire de distinguer le chanvre du cannabis, comme nous le voyons plus bas.

III - Situation actuelle du chanvre

En effet, dans l’ensemble, la situation actuelle du chanvre est positive. Ceci dit, comment expliquer ce passage progressif de la diabolisation à la valorisation de cette plante ? De fait, comme dit en amont, l’élément clé, c’est l’information, la bonne.

De plus en plus, l’on se renseigne à suffisance sur cette plante et les confusions autour. La principale étant chanvre = cannabis. De fait, nombreux sont ceux qui pensent que le chanvre a des effets psychotropes. Dit autrement, qu’il fait planer. Or, la réalité est toute autre.

En effet, le composant responsable de cet effet est appelé THC. Ce dernier est présent en quantité variable, dans la plante de cannabis. Ce qui procure un effet “high” chez ceux qui en consomment. En revanche, dans la plante de chanvre, la teneur de ce composant n’excède pas les 2% (seuil légal et recommandé). Ce qui le rend inoffensif.

En clair, le cannabis fait planer, le chanvre non.

Ce détail concourt grandement à la valorisation du dernier. C’est d’ailleurs ce qui explique l’émergence des industries y afférentes. Plusieurs secteurs d’activité exploitent désormais la plante de chanvre. Notamment les industries pharmaceutique, cosmétique et alimentaire.

Dans cette même mouvance, les législations qui, autrefois réprimaient, avec la dernière énergie, toutes les activités relatives au chanvre, s’assouplissent. Désormais, elles observent, régulent et encouragent l’exploitation des vertus de la plante.


Laissez un commentaire