Qu’est-ce que le système endocannabinoïde ?

Qu’est-ce que le système endocannabinoïde ?

 

Le système endocannabinoïde est un élément clé pour le corps, en ce qui concerne le rapport entre les cannabinoïdes et l’organisme. Ceci étant dit, à quoi faisons-nous allusion, concrètement ? Voyons cela en détails, ci-dessous.

I – La petite histoire du système endocannabinoïde

En effet, il a été découvert, pour la première fois, en 1992. Mais, bien avant sa découverte, l’un de ses composants, le récepteur CB1, est identifié en 1990. Sous cet angle, l’autre récepteur, le CB2, est identifié en 1993. Dans cet ordre d’idées, les deux sont respectivement clonés, durant ces mêmes dates. Soit 1990 pour le premier et 1993 pour le dernier.

De fait, le système endocannabinoïde est présent, aussi bien chez les humains que chez les mammifères. Ainsi dit, quel peut donc être son rôle principal au sein des organismes précédemment mentionnés ? En effet, dans l’ensemble et de manière simple, il aide à réguler un large éventail de fonctions psychologiques et physiologiques. À ce sujet, des scientifiques prouvent que ceux-ci incluent l'humeur, l'appétit, le sommeil et même la douleur. Dans ce sens, il est clair que son rôle dans notre organisme est capital ; puisqu’il maintient les processus corporels en équilibre et participe à leur bon fonctionnement.

Par ailleurs, les recherches liminaires relatives à ce système semblent mentionner que les récepteurs endocannabinoïdes cités en amont se trouvent uniquement dans le cerveau. À contrario, d’autres, encore plus poussées, révèlent leur présence dans tout le corps : peau, cellules immunitaires, os, tissus adipeux, foie, pancréas, muscles squelettiques, cœur, vaisseaux sanguins, reins et tractus gastro-intestinal.

II – Le système endocannabinoïde : comment ça marche ?

D’entrée de jeu, il est important de préciser qu'au sein du système endocannabinoïde, il existe tout un réseau de récepteurs cannabinoïdes. Mais, son fonctionnement tourne principalement autour des récepteurs primaires bien identifiés. À savoir le CB1 et le CB2, déjà mentionnés plus haut. Ainsi dit, comment fonctionne cette paire ? Elle se lie aux endocannabinoïdes produits en interne et travaille à rétablir l'équilibre dans chaque partie du corps.

En effet, les endocannabinoïdes sont synthétisés à la demande. Dit autrement, c’est un processus de communication naturelle dans le corps qui signale à la cellule présynaptique de ralentir ou d'arrêter complètement de libérer des neurotransmetteurs. En clair, les endocannabinoïdes gardent un contrôle complet sur ce que nous ressentons. Notamment le stress et l’anxiété énoncés en amont.

Et si ce système est soutenu par un cannabinoïde tout aussi naturel, que se passerait-il ? Les symptômes négatifs qui nous font nous sentir déséquilibrés et malades seraient mieux régulés et contrôlés. À ce sujet, c’est ce que ferait le CBD.

III - Système endocannabinoïde et CBD : parlons-en !

Ce sujet a été ouvert dans la partie précédente. En effet, le CBD est une molécule extraite de la plante de cannabis / chanvre. D’ailleurs, c’est l’une des plus connues, après sa consœur psychotrope, le THC. De fait, plusieurs recherches et études ont déjà été effectuées à son sujet. Il en est ressorti que ce cannabinoïde serait sans danger pour l’organisme. Aussi, qu’il aurait un grand nombre d’effets positifs sur celui-ci.

En effet, comme la centaine d’autres molécules issues de la plante de cannabis / chanvre, le Cannabidiol interagit, à sa manière, avec le système endocannabinoïde. Pourquoi ? Afin de procurer les différents effets qui sont siens sur le corps. À ce sujet, des chercheurs pensent que le CBD jouerait un rôle important dans la prévention de la dégradation des endocannabinoïdes et leur permet d'avoir un effet plus long et plus efficace dans le corps. Ce qui serait lié à une théorie connue sous le nom de déficit clinique en endocannabinoïdes (CECD).

À quoi la précédente théorie fait-elle référence ? De fait, elle stipule que de faibles niveaux d'endocannabinoïdes dans l’organisme ou un dysfonctionnement du système endocannabinoïde peuvent contribuer au développement de certaines conditions. Sous cet angle, une étude apporte plus d’explications sur ce sujet. Elle suggère que le CECD pourrait expliquer pourquoi certaines personnes développent la migraine, la fibromyalgie et le syndrome du côlon irritable. Et que cela pourrait désormais être combattu, avec l’usage du CBD.

IV – Entretenir le système endocannabinoïde, c’est prendre soin de son corps !

Le fonctionnement du corps humain est complexe. C’est un fait. À ce sujet, il faudrait une liste interminable de recherches, pour essayer d’en saisir la quintessence. Néanmoins, certains aspects eux, peuvent déjà faire l'objet d’une exploitation profonde, afin de parvenir au bien-être souhaité. Ainsi dit, reconnaissons que le système endocannabinoïde joue un rôle important pour nous permettre de fonctionner comme nous le devrions. Par conséquent, en prendre soin pourrait nous épargner des problèmes comme : les inflammations, l'anxiété, le mauvais sommeil. Pour ne citer que ceux-là. En un mot, veiller sur le SEC, c’est viser une bonne santé à long terme. Y ajouter l’usage du CBD, serait un vrai plus.


Laissez un commentaire